Chroniques de marché

Depuis 2009, les courtiers membres du Syndicat sont chargés de la “Chronique de marché” dans le magazine Potato Planet. Ce magazine paraît tous les deux mois et est un incontournable dans le secteur de la pomme de terre. Cette Chronique permet aux lecteurs d’être au courant des dernières tendances du marché de la pomme de terre.

potato-planet
2024, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre mai 2024

Auteur de publication : Jérôme Bonnier – Ets Jérôme Bonnier Chronique de marché pomme de terre mars 2024 Toutes les chroniques de marché La commercialisation de la campagne en cours est bien avancée. Les lots encore disponibles sont proposés à des prix soutenus. Ils trouvent preneur sur le marché libre à un rythme moyen à normal. La qualité annoncée doit être bien en phase avec le prix offert. Beaucoup de discussions s’invitent à la réception autour des produits surévalués… Les stocks sont conformes pour la période du moment. Quelques régions ont des bâtiments quasiment vides. D’autres peuvent encore alimenter le marché pour un certain temps. Sur le marché, l’Espagne, l’Italie ont 15 jours de retard pour les plantations. Ils sont toujours à la recherche de très beaux lots à un prix stabilisé depuis deux mois. Le Portugal connaît un marché stable dans la mesure où les offres sont au bon prix. Les premières pommes de terre d’Égypte sont présentes en Allemagne, Espagne et Italie. Les lots surcotés, pourtant, ne trouvent pas preneur. Au bon prix, les acheteurs sont là. En Israël, la récolte devrait commencer vers le 15 avril. La météo capricieuse a obligé à étaler les plantations sur deux mois. Concernant les plantations 2024 sur le territoire français, les livraisons de plants sont en cours avec des manques pour certaines variétés. La Bretagne a commencé à planter vers le 10 mars sans arrêt depuis jusqu’à ce jour. Les premières parcelles ont été bâchées. Marmande et les quelques petites régions hâtives françaises devraient démarrer ce week-end. L’industrie lourde est en cours d’exécution de ses contrats. Les achats sur le libre sont à des prix soutenus. Y aura-t-il suffisamment de produits ? Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2024, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre mars 2024

Auteur de publication : Jérôme Bonnier – Ets Jérôme Bonnier Chronique de marché pomme de terre mars 2024 Toutes les chroniques de marché La commercialisation de la campagne en cours est bien avancée. Les lots encore disponibles sont proposés à des prix soutenus. Ils trouvent preneur sur le marché libre à un rythme moyen à normal. La qualité annoncée doit être bien en phase avec le prix offert. Beaucoup de discussions s’invitent à la réception autour des produits surévalués… Les stocks sont conformes pour la période du moment. Quelques régions ont des bâtiments quasiment vides. D’autres peuvent encore alimenter le marché pour un certain temps. Sur le marché, l’Espagne, l’Italie ont 15 jours de retard pour les plantations. Ils sont toujours à la recherche de très beaux lots à un prix stabilisé depuis deux mois. Le Portugal connaît un marché stable dans la mesure où les offres sont au bon prix. Les premières pommes de terre d’Égypte sont présentes en Allemagne, Espagne et Italie. Les lots surcotés, pourtant, ne trouvent pas preneur. Au bon prix, les acheteurs sont là. En Israël, la récolte devrait commencer vers le 15 avril. La météo capricieuse a obligé à étaler les plantations sur deux mois. Concernant les plantations 2024 sur le territoire français, les livraisons de plants sont en cours avec des manques pour certaines variétés. La Bretagne a commencé à planter vers le 10 mars sans arrêt depuis jusqu’à ce jour. Les premières parcelles ont été bâchées. Marmande et les quelques petites régions hâtives françaises devraient démarrer ce week-end. L’industrie lourde est en cours d’exécution de ses contrats. Les achats sur le libre sont à des prix soutenus. Y aura-t-il suffisamment de produits ? Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2024, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre janvier 2024

Auteur de publication : Frédéric Laviron – Roussineau SA Chronique de marché pomme de terre janvier 2024 Toutes les chroniques de marché Il paraît que l’homme a besoin de repères pour avancer ; force est de constater que les points cardinaux ont évolué cette année. Le ponant et le levant ont rejoint le méridien pour donner à cette campagne une allure de course folle vers… ? Les raisons sont multiples et variées : les conditions pédoclimatiques de l’année 2023, les réglementations phytosanitaires et environnementales toujours plus contraignantes, la demande de pomme de terre pour transformation et la moindre disponibilité de plant sont autant d’éléments perturbateurs ou, en l’état, incubateur d’anxiétés et d’incertitudes pour les acteurs du marché. Il est même étrange d’écrire ces lignes alors que la demande est active, les prix particulièrement soutenus dans un marché export dynamique. Tous les voyants sont au vert… Un vert éclatant ! Une part de l’analyse tient au fait que, si la production française et européenne fut globalement plus importante cette année par rapport à N-1, il semble que les ventes de début de campagne à des prix élevés ont contribué à limiter les stocks réels. Je, tu, il, nous spéculons, jamais nous n’avons connu telle situation si tôt en saison. Sans repère vraiment ! Il y a plusieurs théories sur l’évolution du marché de notre cher tubercule ; celle à laquelle on pense, celle à laquelle on croit, celle à laquelle on rêve et qui nous laisse sur le bord du chemin… « L’homme a besoin de ce qu’il y a de pire s’il veut parvenir à ce qu’il a de meilleur » écrivait Friedrich Wilhelm Nietzsche. Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2023, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre décembre 2023

Auteur de publication : David Storper – Maison mendel Chronique de marché pomme de terre décembre 2023 Toutes les chroniques de marché Un début d’année sur les chapeaux de roues en termes de prix ! On commence à s’habituer… L’amorce d’une baisse logique est en cours, l’offre se faisant plus importante de jour en jour. Les récoltes dans le Nord sont en retard, en particulier les polyvalentes fritables, en raison d’un emblavement tardif et de conditions climatiques défavorables dans les champs. Une demande boostée à l’export semble occulter une consommation française qui peine à démarrer,en raison d’une inflation impactante. En chairs fermes blanches, les prix peinent à baisser. La demande reste forte. En chairs fermes rouges, l’offre et la demande sur le marché sont quasi-inexistantes. Les friteurs grignotant les surfaces, cette évolution peut présager de prix plus élevés à terme pour des producteurs, toujours soumis à davantage de contraintes techniques et normatives. Des problèmes de qualité, mildiou et pythium, sont cependant évoqués, en Allemagne, Hollande et Belgique. Quelques foyers disparates sont recensés en France.   L’export est au rendez-vous. Depuis début septembre, l’Italie et l’Espagne, sont à l’offensive plus tôt qu’à l’accoutumée, en produits lavables, en raison de problèmes climatiques qui ont affecté les récoltes. La présence des acheteurs italiens lors du Potato Europe s’est faite remarquer. Cette demande extérieure et ces coûts fixes en hausse peuvent présager d’un marché à moyen terme aux prix plus élevés. Néanmoins, à court terme, l’évolution des prix reste incertaine. Difficile pour les GMS d’atteindre leurs consommateurs avec des prix alléchants dans ces conditions ! Nul doute que Fruit Attraction est l’occasion pour la famille “pomme de terre” de se positionner sur un marché encore aujourd’hui à visibilité tronquée au vu des arrachages toujours en cours. Pour l’instant, les producteurs remplissent les stockages et vendent uniquement à l’opportunité. Bonne saison à toutes et à tous,Rendez-vous sur les salons d’automne. Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2023, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre novembre 2023

Auteur de publication : Christelle Denis – SARL D.Vegetables Chronique de marché pomme de terre novembre 2023 Toutes les chroniques de marché Quel étrange début de campagne ! Nous étions conscients que la récolte allait s’éterniser au vu des retards de plantation du printemps dans certaines régions et des défanages compliqués mais la fin de la récolte notamment dans le nord de la France et de l’Europe du Nord (Belgique, Pays-Bas) est loin d’être à l’horizon.  La pluie diluvienne s’est invitée en ce mois de novembre inondant des parcelles entières; sera-t-il possible de récolter ces champs alors que le risque de gel va poindre aussi le bout de son nez dans peu de temps ? Le marché peu dynamique jusqu’à présent en France connaît une reprise positive mais les conditionneurs n’ayant eu aucune visibilité ont du mal à pouvoir répondre à toutes les demandes! Le marché export est dynamique depuis août entre l’Italie, l’Espagne notamment avec pour impact le maintien de prix soutenus.  On peut déjà faire un focus sur l’état des stocks et la qualité: il est à noter qu’au vu des hausses (énergie, emballages, main-d’œuvre) et des prix attractifs, les producteurs spéculent peu et vendent dès que possible; certains frigos sont déjà quasi vides. La qualité est moyenne avec surtout des défauts visuels (gale, dartrose…) et les calibres sont surtout vers le haut du panier; peu de petits calibres seront disponibles pour le frais et le transformé.  En ce qui concerne l’industrie, il est à souhaiter que le Benelux puisse arracher ce qui reste en terre; dans le cas contraire, une tension importante sur les prix se fera ressentir toute cette campagne qui sera peut-être plus courte qu’à l’habitude. De même, avec les tensions géopolitiques en Israël, cette région du monde sera-t-elle en mesure de planter les plants envoyés pour une récolte au printemps 2024 ?  Étrange début de campagne avec un avenir incertain sur le déroulement de cette saison 2023-24 ! Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2023, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre septembre 2023

Auteur de publication : David Storper – Maison Mendel Chronique de marché pomme de terre septembre 2023 Toutes les chroniques de marché Un début d’année sur les chapeaux de rouesen termes de prix ! On commence à s’habituer… L’amorce d’une baisse logique est en cours, l’offre se faisant plus importante de jour en jour. Les récoltes dans le Nord sont en retard, en particulier les polyvalentes fritables, en raison d’un emblavement tardif et de conditions climatiques défavorables dans les champs. Une demande boostée à l’export semble occulter une consommation française qui peine à démarrer, en raison d’une inflation impactante. En chairs fermes blanches, les prix peinent à baisser. La demande reste forte. En chairs fermes rouges, l’offre et la demande sur le marché sont quasi-inexistantes. Les friteurs grignotant les surfaces, cette évolution peutprésager de prix plus élevés à terme pour des producteurs, toujours soumis à davantage de contraintes techniques et normatives. Des problèmes de qualité, mildiou et pythium, sont cependant évoqués, en Allemagne, Hollande et Belgique. Quelques foyers disparates sont recensés en France. L’export est au rendez-vous. Depuis début septembre, l’Italie et l’Espagne, sont à l’offensive plus tôt qu’à l’accoutumée, en produits lavables, en raisonde problèmes climatiques qui ont affecté les récoltes. La présence des acheteurs italiens lors du Potato Europe s’est fait remarquer. Cette demande extérieure et ces coûts fixes en hausse peuvent présager d’un marché à moyen terme aux prix plus élevés. Néanmoins, à court terme,l’évolution des prix reste incertaine. Difficile pour les GMS d’atteindre leurs consommateurs avec des prix alléchants dans ces conditions ! Nul doute que Fruit Attraction est l’occasion pour la famille “pomme de terre” de se positionner sur un marché encore aujourd’hui à visibilité tronquée au vu des arrachages toujours en cours. Pour l’instant, les producteurs remplissent les stockages et vendent uniquement à l’opportunité. Bonne saison à toutes et à tous,Rendez-vous sur les salons d’automne. Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2023, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre juillet 2023

Auteur de publication : Yves Le Bouëdec – J. Lévesque SARL Chronique de marché pomme de terre juilet 2023 Toutes les chroniques de marché Cette fin de campagne, il ne reste plus de volumes dans des belles qualités depuis fin avril. Les nouvelles récoltes sont attendues et quand elles sont présentes, elles s’écoulent à bon prix d’autant plus que nos voisins européens s’attendent à moins de rendement.  Décidément, les années se suivent mais aucune ne se ressemble dans ce métier. Le fait marquant cette année est la demande de pommes de terre de transformation, notamment en fritables dans les Hauts-de-France. Cette hausse des emblavements perturbe les schémas de production habituels, en plants comme en frais. Cette année, les plantations ont tardé jusqu’à fin mai, voire début juin, particulièrement dans la partie nord.  Des précipitations, puis un climat sec avec des vents d’est participent à des levées irrégulières. Les fortes chaleurs associées au manque d’eau perturbent la tubérisation.  Gare au boulage! Notre monde change, nous en prenons conscience… Pour le plant, la situation est compliquée: gérer les problèmes de levée actuels, et assurer une nouvelle récolte de qualité. À ce jour, il est encore difficile d’entrevoir le niveau des récoltes.  Relativisons, car, comme disait Boileau: « souvent la peur d’un mal nous conduit dans un pire ».  Bon été à tous. Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2022, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre septembre 2022

Auteur de publication : Jean-Marc Storper – SARL Maison Mendel Chronique de marché pomme de terre septembre 2022 Toutes les chroniques de marché La voici, l’année de sécheresse qui rappelle aux plus anciens la fameuse année 1976. La revanche des irrigants, qui semblent plutôt bien s’en tirer, sur les non-irrigants qui voient se réduire les rendements comme peau de chagrin, selon les régions et la pluviométrie. Rajoutons une inflation galopante, de tous les intrants, produits phytosanitaires, matériels… Et des délais d’approvisionnement toujours plus longs. Et comme si ce n’était pas suffisant, une crise inédite de l’énergie, sans précédent, qui touche de plein fouetles stations d’emballage et surtout l’industrie. Dans ce contexte, les prix sont historiquement hauts pour une période de récolte et surtout dans les polyvalentes et fritables en 7,5, d’origine Beauce,Champagne ou Picardie, avec du calibre qui sera recherché tout au long de l’année. Les rendements sont moindres, les producteurs ont de la place dans leurs frigos. Confiants dans le marché, ils retardent les ventes, espérant l’Amérique. Mais le bonheur n’est pas toujours pour demain !Et plus les prix sont hauts, plus l’espérance de gains après stockage se réduit. Prudence… Des prix trop hauts attirent bien souvent des intervenants extérieurs et une importation massive comme dans une certaine année 76…L’industrie va-t-elle savoir répercuter ses coûts ? Aura-t-on suffisamment d’énergie cet hiver ? Et aura-t-on ou pas un vrai hiver ? Bien malin celui qui peut prévoir l’évolution du marché dans ce contexte inédit. Un conseil, surtout sélectionner ses acheteurs qui, vu les sommes engagées, doivent être des plus solvables. Cela reste le nerf de la guerre !Bonne saison à tous ! Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2022, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre juillet 2022

Auteur de publication : Yves Le Bouedec – J. Lévesque SARL Chronique de marché pomme de terre juillet 2022 Toutes les chroniques de marché À l’heure d’écrire cette chronique, je ne sais comment exprimer mes pensées tant les bouleversements sont importants. En premier lieu, il y a la guerre à nos portes, qui ampute notre pouvoir d’achat. Pour notre marché, côté production, elle amplifie l’inflation à tous les stades de la filière. Dans ce contexte, les achats de pomme de terre fraîche sont en baisse d’environ 20 %, et que dire du marché bio avec ses 30 % de baisse ? Tout ceci malgré les mises en avant, les promotions. En deuxième lieu, nous éprouvons bien ce changement climatique, qui accentue la précocité des différentes zones de production cette année. Elles viennent, par des volumes inhabituellement offerts, encombrer un marché déjà haletant. Comment sera la récolte ? Si l’on regarde à ce jour, elle me semble correcte, avec de grandes disparités entre ceux qui auront bénéficié ou pas de l’eau nécessaire dans les zones non irriguées. Quid des contrats volumes avec les transformateurs ? Ceux-ci, dans le modèle de parité Euro/Dollar devraient bien tirer leur épingle du jeu. Côté Export, on peut penser que le marché sera actif. Pour le plant, on constate globalement une moins grande tubérisation, et une sénescence des feuillages plus rapide que les autres années. Nous sommes mi-juillet, il y a encore beaucoup d’incertitudes. En attendant, c’est à l’abri des baobabs, dans mon oasis sous le soleil breton que je vous souhaite un bon été ! Télécharger le pdf de la chronique

potato-planet
2022, Chroniques de marché

Chronique de marché pomme de terre mai 2022

Auteur de publication :Silvana Paolozzi – Ets Jacques Albert Chronique de marché pomme de terre mai 2022 Toutes les chroniques de marché En cette campagne, sous le spectre de la guerre qui semble avoir mis un frein sur les ventes, la demande industrielle est restée cependant très ferme sur le marché. Après le grand calme du premier trimestre le dynamisme est enfin revenu, un bon courant d’affaires est présent sur les pays de l’Est, l’Espagne, l’Allemagne. Dans la continuité de cette fin de campagne, le marché reste actuellement actif avec l’Italie qui semble sur la fin y porter plus d’intérêt. Hélas, on racle les fondsde tiroir mais la qualité n’est plus au rendez-vous, les lots de pommes de terre de bonne qualité se font rares. Les prix sont à la hausse en raison de la rareté du produit mais il faut prendre conscience que les prix n’ont pas vraiment décollé cette campagne ; en cause notamment, ce niveau de qualité qui ne correspond plus à certains marchés devenus de plus en plus exigeants. Les pronostics pour cette nouvelle campagne se montrent un peu plus optimistes : en effet, le NEPG indique une baisse des emblavements d’environ 10 %, sans compter que la guerre en Ukraine peut réserver des surprises. Il y a aussi le grand suspense, “la sécheresse”, qui nous guette et nous inquiète, car certains départements sont déjà en alerte avec un printemps sans réserve hivernale pour permettre de lutter contre celle-ci. L’année s’annonce ainsi avec de grands bouleversements et des remises en question pour certains, compte tenu des augmentations énergétiques, de la situation politique, économique et climatique. Télécharger le pdf de la chronique